Le Contre-Sommet de l'Elevage prend fin pour cette année

Le Contre-Sommet de l’Elevage prend fin pour cette année

Que de mois de travail concrétisés ! C’est avec émotion que le Contre-Sommet de l’Elevage, premier camp antispéciste français, a pris fin hier avec le départ des derniers activistes en fin de journée. Au total, c’est près d’une centaine de personnes qui se sont joints à l’appel de l’association pour faire vivre l’événement durant une semaine, l’occasion de nombreuses rencontres mais aussi de partages à travers les différentes formations et conférences assurées.

L’aventure avait commencé un an plus tôt, alors que l’association n’existait encore que dans l’imaginaire de quelques individus ambitieux. Les pressions effectuées par la Mairie de Clermont-Ferrand pour empêcher la tenue du camp ainsi que d’autres imprévus n’ont pas su émousser la motivation des bénévoles. La détermination et la solidarité ont été au rendez-vous dans les moments les plus durs, et cela n’aurait pas pu se faire sans les encouragements et soutiens que l’association a reçu durant ces derniers mois.

Reportage d’AlterJT sur le Contre-Sommet de l’Elevage

Au total, trois actions directes ont été menées cette semaine :

  • mercredi 4 octobre, au petit matin, 70 activistes répartis en cinq équipes ont bloqué l’ensemble des 5 entrées de parking du Sommet de l’Élevage pendant 1h30 avant d’être violemment délogés par des agriculteurs et salariés du Sommet de l’Élevage, et tandis que la police regardait passivement  ; plusieurs activistes ont été blessés et ont fini à l’hôpital.
  • vendredi 6 octobre, plusieurs activistes ont déployé une grande banderole en hauteur, face à l’un des hôtels principaux accueillant les intervenants du Sommet de l’Elevage ;
  • le même jour enfin, environ 40 activistes ont bloqué l’une des entrées du parking de l’événement avant d’être évacué par les CRS.

Les réactions de la part de l’équipe d’organisation du Sommet de l’Elevage lors de la journée d’ouverture ont clairement indiqué leur position : elle a non seulement laissé des éleveurs évacuer de force les activistes dans une grande violence sans permettre la moindre intervention des services de sécurité, mais certains hauts responsables comme Fabrice Berthon ont même participé activement à cette évacuation improvisée. En parallèle, les forces de l’ordre, dans la plus grande complaisance avec les industriels de la viande, n’ont délibérément pas assuré la protection des manifestants.

Grâce à cette mobilisation, notre message à l’équipe d’organisation du Sommet de l’Elevage, événement phare de la filière en France, est néanmoins passé : il n’est aujourd’hui plus possible de défendre un modèle agricole destructeur et mortifère sans rencontrer de résistance. Nous comptons bien revenir l’année prochaine encore plus déterminés pour faire de ce mouvement naissant une véritable force d’opposition à une vision obsolète de notre monde.

Nous remercions l’ensemble des bénévoles et activistes qui se sont mobilisés de près ou de loin pour cette semaine riche en événements, et nous espérons bien vous revoir encore plus nombreux l’an prochain !